L'Argos Index® mid-market

2ème trimestre 2020

Principales conclusions

  • Stabilisation de l’Argos Index® à 9,2x l’EBITDA dans un contexte de faibles volumes de transaction
  • Le volume de l’activité M&A s’est réduit fortement: la baisse est de 40% en volume, et 60% en valeur au 2ème trimestre par rapport au 1er trimestre 2020 et au 2ème trimestre 2019
  • Une convergence entre les multiples payés par les fonds d’investissement (9,3x) et les acquéreurs stratégiques (8,9x)
  • L’Allemagne bat un record de part de marché dans le M&A midcap en zone euro
01

L’Argos Index® s’est stabilisé au 2ème trimestre à 9,2x l’EBITDA dans un contexte de faibles volumes de transaction

  • Après la baisse significative constatée au 1er trimestre 2020, l’Argos Index ® s’est stabilisé à 9,2x l’EBITDA. La chute des multiples observée au 1er trimestre n’a donc pas été amplifiée sur la période ; c’est la baisse des volumes de transactions qui a servi de variable d’ajustement.
  • L’apparente stabilité sur le trimestre de l’Argos Index® masque une polarisation grandissante des opérations entre des secteurs épargnés par la crise (logiciel, santé…) et d’autres, plus affectés, qui ont fait l’objet d’acquisitions opportunistes à des valorisations plus faibles. L’Argos Index ®, médiane des multiples de valorisation, reste stable mais l’écart-type augmente.
  • La stabilité de l’indice dans une période marquée par une forte baisse d’activité des économies européennes reflète également :
    • des conditions financières restées très accommodantes, avec l’intervention rapide et massive de la BCE, et
    • des liquidités importantes conservées par les investisseurs, grands groupes comme fonds d’investissement, et disponibles pour effectuer des acquisitions d’opportunité.
02

Une convergence entre les multiples payés par les fonds d’investissement (9,3x) et les acquéreurs stratégiques (8,9x)

    • Les multiples payés par les fonds de capital transmission sont en légère progression à 9,3x l’EBITDA dans un volume d’activité réduit (baisse de 35% du volume d’opérations au 2ème trimestre).
    • Les fonds, disposant d’un niveau toujours très élevé de dry powder ont continué d’investir dans les secteurs résilients, dont les niveaux de valorisations n’ont pas été impactés par la crise.
    • Les prix payés par les acquéreurs stratégiques poursuivent leur baisse entamée au 1er trimestre, à 8,9x l’EBITDA. Les grandes sociétés cotées sont restées actives sur le mid-market ; elles ont représenté plus de 70% des acquéreurs stratégiques sur le 1er semestre, au détriment de groupes plus petits ou non cotés.
    • Les acquéreurs stratégiques ont davantage effectué des acquisitions d’opportunité, à des valorisations plus réduites.
Graphique 2 – Valeur d’entreprise / EBITDA historique
Source : Argos Index© mid-market / Epsilon Research
03

Stabilité de la part des opérations aux multiples élevés

Les opérations aux multiples supérieurs à 15x l’EBITDA au 1er semestre 2020 représentent encore 15% des opérations. Cela témoigne d’une grande résilience des prix des belles entreprises, particulièrement dans les secteurs les plus protégés de l’impact de la crise du Covid-19 (Tech, santé…).

Graphique 3 – Part des opérations aux multiples >15x l’EBITDA
Source: Argos Index© mid-market / Epsilon Research
04

Réduction de l’écart entre les multiples des sociétés cotées et les multiples de transaction payés par les acquéreurs stratégiques

Les multiples des sociétés cotées progressent de 9% à 7,4x(1) ce trimestre en bénéficiant de la remontée rapide des marchés actions(2). L’écart historique observé au 1er trimestre se réduit donc entre multiples des sociétés cotées et multiples de transaction payés par les acquéreurs stratégiques.

(1) EV/LTM EBITDA de 7,4x, Euro Zone listed mid-market companies (source: smallcaps.infrontanalytics.com)

(2) L’indice EURO STOXX® TMI Small a repris 16,5% entre le 01.04 et le 30.06.2020

Graphique 4 – Comparaison entre les multiples mid-market cotés (1) et non cotés (payés par les acquéreurs stratégiques)
Source: Argos Index© mid-market / Epsilon Research / InFront Analytics
05

Forte baisse de l’activité M&A Europe mid-market en volume au premier semestre 2020

  • La crise du Covid-19 et le confinement d’une large partie de la population européenne ont entrainé une chute de l’activité M&A mid-market de la zone euro de 40% en volume et 60% en valeur au 2ème trimestre (tant par rapport à 1er trimestre 2020 qu’au 2ème trimestre 2019).
  • L’activité ne s’est pas pour autant arrêtée. Plus de 150 opérations ont été annoncées ce trimestre, également réparties entre les mois d’avril, mai et juin.
  • Dans ce contexte, le marché allemand est resté plus actif que le reste de la zone euro, son poids s’étant renforcé avec la crise du Covid-19 : il représente, au premier semestre 2020, 31% des opérations.
Graphique 5 – Activité mid-market de la Zone Euro (15M€ – 500M€) en volume, par segments
Source : Epsilon Research / MarketIQ
06

L’Allemagne renforce son poids en termes d’acquisition de PME dans la zone euro

  • Forte hausse du poids de l’Allemagne sur les six derniers mois : 31% des opérations de la zone euro y ont été réalisées. Ce poids semble se renforcer avec la crise du Covid-19.
  • La France progresse légèrement en représentant 18% des opérations mid-market de la zone euro. La France reste bien moins active que l’Allemagne sur ce segment de marché, en raison du faible poids des ETI dans son économie.
  • Plus touchée par la crise liée au Covid-19, le sud de la zone euro voit sa part de marché s’éroder: l’Italie et la péninsule ibérique représentent chacune moins de 10% des opérations mid-market au 1er semestre.
Graphique 6 – Activité Mid-Market des principaux pays de la zone euro
Source: Epsilon Research / MarketIQ

Inscription à notre newsletter

* champs requis