Après avoir été détenue pendant plusieurs années par Argos, Davey Bickford, centrée sur sa spécialité historique, la pyrotechnie, est devenue l’une des entreprises industrielles françaises connaissant la croissance la plus forte, avec des taux de croissance annuels de 20 à 30 %.
Notre souci était d’avoir, au niveau mondial, suffisamment de techniciens hautement qualifiés, d’ateliers de fabrication et de machines pour répondre à la demande. En fait, il s’agissait de satisfaire la demande résultant des parts de marché que nous ne cessions de prendre dans le monde entier aux géants de cette industrie.
Honnêtement, ce n’était pas gagné au départ.
Avant qu’Argos n’entre au capital en 2007, Harlé Bickford était un conglomérat familial vieux de 150 ans. Un chiffre d’affaires de 80 M€, de nombreuses activités, de nombreuses sociétés, de nombreux problèmes. La plupart des ressources avaient été investies dans la sous-traitance automobile, une activité de diversification qui s’est révélée malencontreuse. Je ne sais vraiment pas ce que l’entreprise serait devenue sans Argos.
Avec l’arrivée d’Argos, une première phase a conduit à une simplification du groupe, au désinvestissement des activités non stratégiques et à la résolution de nombre de problèmes, notamment au nettoyage complet de la pollution profonde des sols sur le site industriel.
Dans le même temps, l’entreprise a procédé chaque année à des investissements massifs (plus élevés que ses flux de trésorerie ! – il ne s’agissait pas du tout d’un modèle classique d’acquisition avec effet de levier) dans une nouvelle technologie de détonateurs électroniques, qui sont bien plus sûrs et plus précis que les détonateurs traditionnels. Nous avons développé en priorité cette technique de pointe avec un succès croissant.
Il fallait vraiment croire en la capacité de cette très vieille entreprise à se transformer en une entreprise à la pointe de la technologie. Lorsqu’à l’issue de quatre années, la technologie est arrivée à maturité, nous avons connu une croissance rapide qui n’a pas cessé depuis lors ; après huit années, Argos a été remplacé en tant qu’actionnaire principal par un concurrent dynamique de l’industrie des explosifs, et la croissance se poursuit.
Tout au long de ma carrière, je me suis toujours réellement intéressé aux technologies et à la dynamique d’équipe. Ce qui me motive, c’est l’enthousiasme que je sens autour de moi, et ce que je peux faire pour cultiver cet enthousiasme. Mon objectif personnel est de m’appuyer sur cette dynamique d’équipe pour faire croître et développer les entreprises, aussi bien en développant l’activité grâce à la bonne stratégie de commercialisation et au bon produit qu’en favorisant l’efficacité.
J’ai rejoint l’équipe fin 2010, car mon expérience du management et de l’industrie me donnait le recul et les compétences nécessaires. Mon premier objectif était de coordonner l’équipe dans le monde entier et la structure de l’organisation mondiale.
Louis (Godron) et Karel (Kroupa) sont animés par un fort esprit d’entreprise – ce ne sont pas simplement des financiers. Louis, qui était mon principal interlocuteur, a détecté les possibilités de l’entreprise, et lui et ses associés étaient prêts à se lancer dans ce périple.
Je pense que c’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles nous nous sommes si bien entendus. Louis comprenait vraiment les sujets technologiques que nous abordions dans nos discussions.
Je savais que lui et son équipe nous aideraient et qu’ils seraient là pour nous soutenir. Il y a véritablement eu un respect mutuel.
Tous les vendredis à 16 heures, nous avions notre conversation téléphonique rituelle, initialement prévue pour 20 minutes, mais qui a bien vite duré une heure. En fait, ils aimaient poser des questions… et nous appréciions ces discussions informelles au cours desquelles apparaissaient de nouvelles idées.
Que ce soit en France ou à l’international, lorsqu’une entreprise a de réelles possibilités de développement, Argos est capable d’identifier le potentiel de création de valeur et de soutenir même des plans audacieux. Louis, et d’ailleurs toute l’équipe d’Argos, vous écoute et vous soutient.
Ils ont aussi une approche éthique réellement forte. Ce n’est pas une société de capital-investissement qui cherche à obtenir à tout prix une plus-value – l’aspect humain est essentiel pour Argos. En fait, y a-t-il une contradiction entre ces deux objectifs ?

Si vous envisagez de nouer un partenariat avec Argos et que vous souhaitez en discuter directement avec moi, n’hésitez pas à me contacter sur LinkedIn

Plus d’informations au sujet de cette société www.daveybickford.com