[Rebondir] Adaptation, opportunités de développement et perspectives

« Inédite ». Tel est l’adjectif qui qualifie le mieux la crise mondiale survenue en ce début d’année. Si cette crise est avant tout sanitaire, elle est aussi une situation d’urgence économique et financière, car les mesures de confinement instaurées dans de nombreux pays ont ralenti et, dans certains cas, mis totalement à l’arrêt les activités des entreprises.

La priorité pour chacune de nos sociétés en portefeuille est la préservation de l’emploi (la totalité de leurs employés ont reçu un salaire durant les mesures de confinement), combinée à la gestion efficace des coûts. Argos Wityu dispose de l’agilité et de l’expertise nécessaires au sein de ses équipes pour accompagner les entreprises dans leurs mesures d’adaptation face à cette crise et les aider à saisir les opportunités en présence. Son implantation dans plusieurs pays européens (France, Allemagne, Italie, Luxembourg, Suisse et Belgique), couplée à son expérience de la gestion de situations complexes, lui ont permis d’être au plus près des dirigeants de ses sociétés en portefeuille pour les épauler dans cette période difficile. Voici une liste des actions prises à ce jour en faveur de la croissance.

01

Adaptation à l’évolution de la demande du marché

Les mesures de confinement ont rapidement créé de nouvelles demandes, qui ont conduit à des offres de nouvelles lignes de produits et de services.

Ainsi, Olinn, groupe européen de gestion d’équipements professionnels accompagné par Argos Wityu depuis 2018, a renforcé son offre de produits reconditionnés afin de répondre à la nécessité de mise en place du télétravail et à la hausse de la demande des particuliers sur les « marketplaces ». Olinn a saisi cette opportunité en augmentant son niveau de digitalisation et en poursuivant deux opérations de build-up initiées quelques mois plus tôt. Suite aux actions engagées, l’activité de reconditionnement d’Olinn a enregistré une croissance organique de 20 % depuis le début de la crise et une progression de 50 % de ses marges en avril par rapport à la même période l’an dernier.

 

Sicura, fournisseur italien de services intégrés axés sur la sécurité, la santé et le bien-être des employés, est également un bon exemple d’une société qui s’est adaptée à l’évolution de son marché. Cette entreprise, accompagnée par Argos Wityu depuis 2020, a mis en place une nouvelle offre de services visant à aider les entreprises à organiser un retour au travail par étapes. Sicura propose à ses clients l’ensemble des services nécessaires pour garantir la sécurité des employés et du lieu de travail (kits de tests, désinfectants, systèmes de prise de température à distance, installation de barrières physiques, etc.), en conformité avec les recommandations gouvernementales. Argos Wityu a été en mesure de présenter une série de clients potentiels à Sicura, de mettre en relation ses cadres dirigeants avec l’un des plus grands virologues italiens, spécialiste du Covid-19, et de conseiller la société sur la tarification de sa nouvelle offre de prestations. Le repositionnement de Sicura a ouvert la perspective d’une reprise quasi complète des activités commerciales récurrentes.

S’agissant des nouvelles lignes de produits, Maison Berger, société de premier plan spécialisée dans les parfums d’intérieur qu’Argos Wityu accompagne depuis 2017, a réorienté la production de ses sites pour fabriquer des solutions hydroalcooliques. Cela a été une occasion de poursuivre le développement de la stratégie de vente en ligne de la société à un moment où tous les magasins de distribution spécialisée avaient fermé leurs portes. Les ventes réalisées par le canal du e-commerce en avril 2020 ont atteint le double de celles enregistrées en avril 2019, générant en outre des ventes croisées.

Moro, principal producteur et distributeur de fromages frais en Italie, a su rebondir rapidement en se concentrant sur les chaînes de supermarché, qui ont connu une très vive progression de leurs ventes en raison du déplacement de la consommation alimentaire vers la consommation à domicile. La présentation de nouveaux contacts commerciaux, la satisfaction des besoins des clients existants et l’élargissement de la gamme de produits ont fait partie intégrante d’une stratégie qui a permis à Moro d’accroître ses ventes aux chaînes de supermarché de 60 % en mars et en avril 2020, par rapport aux mêmes mois en 2019. Ces nouveaux clients contribueront en outre à soutenir la croissance future, tandis que la réouverture des restaurants devrait permettre à la société de récupérer les pertes de chiffre d’affaires subies durant la période de confinement.

02

Accélération de la transformation numérique

Avec la fermeture de nombreux établissements et le confinement de la population, la transformation numérique est apparue comme un autre levier de croissance. Certaines sociétés ont accéléré leur digitalisation, et en particulier La Compagnie des desserts, qui bénéficie de l’accompagnement d’Argos Wityu depuis 2016. Devant l’obligation faite aux cafés, hôtels, restaurants et glaciers de fermer leurs portes face à l’épidémie, la société a décidé de développer ses ventes à emporter et d’organiser des webinaires destinés aux professionnels du secteur. À ce jour, ses sessions de téléformation ont attiré plus de 1 000 participants.

La société française Talentia Software, un des principaux éditeurs européens de logiciels dans les domaines de la finance et des ressources humaines, accompagné par Argos Wityu depuis 2016, est un autre exemple impressionnant. En dépit du basculement en télétravail de l’ensemble des salariés de l’entreprise, les contacts avec les clients ont été maintenus à un moment où il leur était impératif de trouver des solutions d’urgence, notamment pour la gestion de la paie. Cette situation a offert à Talentia une occasion de faire migrer ses clients vers un modèle SaaS et, dans le même temps, de proposer une série de webinaires qui ont attiré en moyenne 100 participants par session, créant ainsi un terrain fertile pour la conversion de prospects. À ce jour, 31 % des opportunités commerciales sont issues des campagnes de marketing en ligne et entrant (« inbound »).

03

Accélération de la croissance

Chez certaines sociétés du portefeuille d‘Argos Wityu, la crise s’est révélée être un accélérateur de croissance. Cela a été notamment le cas chez Future Groep, un important prestataire de services pour les collectivités locales aux Pays-Bas accompagné par Argos Wityu depuis 2017. Le groupe propose des solutions d’externalisation, de délégation de personnel et de conseil dans les domaines des affaires sociales, de la gestion de la dette, de la communication et des ressources humaines. Durant la crise, 1 400 de ses employés ont dû travailler à distance. Cependant, la décision prise par l’équipe de management et Argos Wityu en 2017 de migrer l’infrastructure informatique de Future Groep vers le cloud a révélé toute sa pertinence en cette période, car la société a pu assurer la continuité de l’ensemble de ses activités habituelles durant la période de confinement. Ce choix stratégique a permis à Future Groep de saisir les opportunités de croissance découlant d’une demande accrue de la part des collectivités, dont les habitants ont été durement affectés par la crise.

Lineas, premier opérateur de fret ferroviaire en Europe, a été confronté à une réduction des volumes de transport de marchandises en Europe du fait de la pandémie de coronavirus. Cependant, comme ce secteur est considéré par les autorités nationales et européennes comme stratégiquement important pour l’économie, il a bénéficié d’aides pour assurer la continuité des activités. Ces mesures de soutien, combinées aux difficultés rencontrées dans d’autres domaines du transport, laissent entrevoir une accélération du report modal attendu du transport de marchandises de la route vers le rail. Argos Wityu, qui accompagne Lineas depuis 2015, partage non seulement cet avis, mais perçoit également de nouvelles opportunités de consolidation et de possibles acquisitions à l’avenir.

Enfin, LoQu, une des principales chaînes de magasins d’optique et d’aides auditives en Allemagne, a bénéficié de son anticipation, dès le début du mois de février, des pénuries d’approvisionnement inévitables. L’entreprise, accompagnée par Argos Wityu depuis 2018, a constitué un stock de 8 000 de ses produits les plus demandés quand la situation sanitaire en Asie se détériorait. De plus, elle a mis en place des mesures de protection de la santé de ses salariés et des plans de travail partiel. Toutes les procédures à suivre ont été déployées pour soutenir et préserver la trésorerie afin de compenser la baisse des ventes, assurant la liquidité jusqu’à fin 2020 et au-delà. Ainsi, LoQu est aujourd’hui en mesure d’acquérir des acteurs concurrents qui ont été fortement affectés par la pandémie et, dans le même temps, de poursuivre ses projets d’expansion d’avant la crise. Parmi ces derniers, citons un nouveau concept de point de vente, qui devrait être dévoilé au second semestre 2020.

04

Ils l’ont dit !

CEO de Gantrex

Maarten Impens

Argos Wityu propose un accompagnement dans la gestion de la crise aux dirigeants de ses sociétés en portefeuille, sans distinction aucune. Maarten Impens, CEO de Gantrex, leader mondial sur le marché des rails destinés aux grues de grande capacité, salue ce soutien que lui apporte Argos depuis 2015 : « Au tout début de la crise du Covid-19, Argos nous a fait mûrement réfléchir aux conséquences que cette situation pourrait avoir sur nos collaborateurs, nos clients, nos partenaires et notre performance financière. Grâce à cette réaction précoce, nous avons été en mesure de prendre toutes les mesures appropriées pour protéger la santé et assurer la sécurité de nos salariés d’une part et limiter les dommages financiers pour notre entreprise d’autre part. Pendant que le management s’est concentré sur la continuité des activités et l’élaboration de plusieurs scénarios financiers, Argos a adopté une approche pratique en discutant avec nos créanciers. Argos nous a aidés à restructurer nos remboursements d’emprunts, ce qui nous a apporté un bol d’air supplémentaire pour traverser cette période exceptionnelle. Enfin, grâce aux investissements d’Argos dans la modernisation de nos systèmes informatiques au cours des quatre dernières années, nos collaborateurs ont pu opérer une transition en douceur vers le télétravail et sont en mesure de répondre aux besoins de nos clients sans interruption de service. »

PDG de Henri Selmer Paris

Geoffroy Soler

Geoffroy Soler, PDG de Henri Selmer Paris, entreprise spécialisée dans la fabrication d’instruments de musique et accompagnée par Argos depuis 2018, a déclaré : « Dans cette crise, Argos démontre une nouvelle fois sa faculté d’adaptation et sa capacité d’accompagnement dans tous les domaines en étant en mesure de combler des lacunes importantes. À titre d’illustration, il s’est fait fournisseur de masques et de désinfectants pour les mains, et, dans le même temps, nous a épaulés dans nos négociations de financements ».

PDG de Juratoys

Ludovic Martin

Enfin, selon Ludovic Martin, PDG de Juratoys : « Les équipes d’Argos ont été très disponibles. Elles ont été d’un très grand soutien sur deux sujets essentiels : la sécurité de nos collaborateurs et la sécurité financière de notre société, notamment aux fins des paies. Je tiens à saluer leur engagement permanent. »

05

Interview des Managing Partners : « Une présence locale constitue un réel avantage : nous sommes au plus près des sociétés et des bons milieux décisionnels »

Six bureaux, une équipe. Depuis plus de trente ans, Argos Wityu, fonds d’investissement européen, accompagne des entreprises dans leur développement. Durant la crise du coronavirus, son équipe expérimentée en gestion de situations complexes, répartie entre ses six bureaux situés en France, en Allemagne, en Italie, en Belgique, en Suisse et au Luxembourg, a été au plus près des équipes de management de ses sociétés en portefeuille.

Interview conjointe de Louis Godron, Karel Kroupa, Gilles Lorang (Managing Partners France), Frank Herman (Managing Partner DACH), Jean-Pierre Di Benedetto (Managing Partner Italie) et Gilles Mougenot (Managing Partner Benelux).

Au début de la crise, le premier pays à instaurer un confinement strict, et dans lequel Argos Wityu est présent, a été l’Italie. Il a été suivi par l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, la Suisse, la Belgique et le Luxembourg. Comment avez-vous réagi face à ces annonces ?

Jean-Pierre Di Benedetto : Dès le 23 février en Italie, nous avons radicalement modifié notre organisation, annulant la totalité de nos rencontres et réunions en présentiel ainsi que tous nos déplacements. Le 8 mars, nous avons fermé notre bureau et sommes passés au 100 % télétravail.

Frank Hermann : Les développements en Italie nous ont fait prendre conscience de ce qui pourrait se passer dans d’autres pays européens : nous avions trois semaines pour nous préparer, ce que nous avons fait.

 

Facteur clé pour traverser la crise

Un dialogue constant entre les bureaux afin d’anticiper les mesures à mettre en place, dans un laps de temps très court, dans chaque pays

 

Quelles ont été les mesures décisives pour vos sociétés en portefeuille ?

Louis Godron : Nous avons très tôt considéré qu’il s’agissait d’un phénomène exponentiel. Observer et anticiper, telle a été notre devise.

Jean-Pierre Di Benedetto : Dans les toutes premières semaines, nous avons tenu une visioconférence quotidienne avec l’équipe de management de chacune de nos sociétés en portefeuille. Nos priorités étaient la santé des employés, suivie par la trésorerie. S’agissant de ce dernier paramètre, il a été fait usage de toutes les lignes de crédit bancaire non tirées qui étaient disponibles, et des lignes de crédit supplémentaires ont immédiatement été obtenues. Toutes les sociétés ont accueilli très favorablement ces initiatives. Ensuite, nous avons examiné minutieusement les créances clients et les dettes fournisseurs afin d’équilibrer nos paiements dès que la situation s’éclaircirait. Avec les équipes de management, nous avons analysé chaque dette fournisseur importante. Le cycle d’exploitation n’était, heureusement, pas trop défavorable chez nos trois sociétés en Italie. Au sein d’Argos, nous avons par ailleurs mis en place une cellule de veille Covid-19 chargée de recueillir toute les informations pertinentes sur les mesures de sécurité sanitaire, ainsi que sur les directives et recommandations gouvernementales (en évolution rapide) concernant les entreprises.

Frank Herman : Notre réaction initiale a été de sécuriser les stocks et les chaînes d’approvisionnement. En Allemagne, nous accompagnons deux sociétés, Wibit et LoQu. La première alerte sur les chaînes d’approvisionnement a été émise vers la fin janvier par Wibit, cette entreprise produisant en Chine. Nous avons donc conseillé à LoQu de commander immédiatement 8 000 de ses montures les plus demandées depuis la Chine. Wibit et LoQu ont pris des mesures avant que la crise n’atteigne l’Europe et étaient donc pleinement préparées quand le confinement a été décrété en Allemagne.

Ensuite, nous avons aidé nos sociétés en portefeuille à tirer parti des plans d’aide gouvernementaux. Nous les avons rapidement mises en relation avec des juristes et conseillers spécialisés. Au lendemain de la fermeture des points de vente de LoQu, intervenue un lundi, la société avait déjà recours au dispositif de chômage partiel financé par l’État pour 600 de ses employés. L’anticipation et la préparation ont été des facteurs essentiels.

Enfin, les synergies entre nos sociétés en portefeuille ont joué un rôle crucial. Ainsi, quand LoQu a été autorisée à rouvrir ses magasins, nous n’avions pas trouvé les équipements de protection adéquats pour garantir une réouverture en toute sécurité. J’ai donc demandé au CEO de Wibit s’il pouvait faire appel à ses sources chinoises, ce qu’il a fait, et les boutiques de LoQu ont pu rouvrir leurs portes. De la même manière, en France, Olinn a reçu de Maison Berger les quantités de désinfectants pour les mains qui lui étaient nécessaires.

Facteurs clés pour traverser la crise

– Accompagnement quotidien du management, assistance dans la sollicitation des aides mises en place par les États

– Contrôle minutieux de la trésorerie, des stocks et de la chaîne d’approvisionnement

– Suivi rigoureux en interne des événements actuels

– Exploitation des synergies entre les sociétés en portefeuille

 

Les conséquences des mesures de confinement ont-elles été différentes selon les pays ?

Karel Kroupa : En Europe, tous les pays ont réagi de la même manière, accordant une priorité forte à la santé et à la sécurité, inspirée probablement de l’exemple italien, et ont pris des mesures inédites pour soutenir l’économie. Les entreprises ont été confrontées à une masse d’informations à assimiler et à un manque de visibilité au quotidien. Une présence locale constitue un réel avantage : nous sommes au plus près des sociétés et des bons milieux décisionnels pour aider les équipes de management à prendre des décisions judicieuses. Nous avons eu l’avantage de pouvoir épauler un pays qui entrait dans une nouvelle phase en nous appuyant sur l’expérience d’un pays qui l’avait déjà traversée.

Facteurs clés pour traverser la crise
– Une présence locale pour assister les entreprises dans la prise des bonnes décisions

– Des échanges avec les bureaux qui avaient déjà traversé le début de la crise


Avez-vous vu des difficultés apparaître à l’échelle des différents pays et secteurs ?

Karel Kroupa : Comme les phases n’étaient pas simultanées, nous avions l’avantage de pouvoir épauler un pays en tirant parti de l’expérience d’un autre. L’agilité a été un facteur clé. Pour prendre un exemple, quand l’Italie est entrée dans une phase de risque de non-paiement des clients, nous avons pu anticiper ce problème et protéger d’autres sociétés.

L’agilité s’applique également aux secteurs. Par exemple, LoQu a été l’une des premières sociétés B2C de notre portefeuille à rouvrir ses magasins. Son exemple a été inspirant pour d’autres entreprises. Par ailleurs, l’expérience transversale du digital a permis à nos sociétés d’avoir un accès plus rapide aux informations et d’anticiper.

Facteur clé pour traverser la crise
L’agilité grâce aux expériences croisées entre entreprises et secteurs


De votre côté, comment vous êtes-vous organisés sur le terrain pour être au plus près possible des sociétés que vous accompagnez ?

Gilles Lorang : Notre rôle n’est pas de nous substituer aux équipes de direction des sociétés en portefeuille, il est de les accompagner. Dans cette période inédite, il était donc essentiel d’adapter rapidement notre façon de travailler avec les dirigeants et leurs équipes, ce qui a nécessité la mise en place d’outils de communication adéquats et un accompagnement des équipes de management pour identifier les leviers, les mesures ou les experts appropriés. La disponibilité et l’accompagnement sont les clés du succès.

Facteurs clés pour traverser la crise

La disponibilité et l’accompagnement pour mettre en place les bons outils de communication et identifier les leviers, les mesures ou les experts appropriés.


Pourquoi le positionnement de l’expertise d’Argos est-il un atout dans la crise actuelle ?

Gilles Mougenot : Cela tient à deux raisons principales. Premièrement, la crise du Covid-19 a compliqué la quasi-totalité des processus de cession (impact financier à court ou moyen terme, adaptation du modèle économique, etc.), et nous sommes précisément reconnus pour notre expertise en gestion de situations complexes. Deuxièmement, le robinet des financements à effet de levier se tarit. Nous avons toujours suivi une stratégie d’investissement axée sur des opérations complexes privilégiant la croissance des entreprises à l’effet de levier. Cette caractéristique est devenue un atout particulièrement précieux dans le contexte actuel.

Facteur clé pour traverser la crise

Une stratégie d’investissement en adéquation avec les effets de la crise

 

Quelle était l’erreur à absolument ne pas commettre ?

Gilles Lorang : Ne pas anticiper suffisamment les événements, ne pas prendre les mesures nécessaires et ne pas s’adapter rapidement. La gestion du temps a été déterminante. Il fallait être capable de réaliser des analyses et diagnostics rapidement et de déterminer les priorités. Les dirigeants sont seuls quand ils doivent prendre des décisions importantes, et nous avons été à leurs côtés pour les épauler. De la même manière, dès que les mesures de protection et de sauvegarde ont été engagées, il fallait continuer à anticiper. Quels profonds bouleversements pourraient connaître le secteur ou l’activité de la société ? Comment son modèle économique devrait-il être adapté ? Quelles initiatives stratégiques faudrait-il lancer ? Pour résumer, bonne gestion rime avec capacité d’anticipation. Il est de notre rôle de veiller à ce qu’une société ne dévie pas de ses meilleures pratiques même si la crise peut l’amener à perdre tous ses repères.

 

Facteurs clés pour traverser la crise

Observer, anticiper, s’adapter afin de veiller à ce qu’une société ne s’écarte pas de ses meilleures pratiques

 

Quels principaux axes de la stratégie de retournement déploierez-vous dans un proche avenir pour les sociétés de votre portefeuille ?

Karel Kroupa : Nous accélérerons la transformation numérique, travaillerons sur l’agilité des modèles économiques et nous concentrerons sur l’engagement des collaborateurs.

Frank Herman : L’une de nos priorités pour les sociétés B2C en portefeuille porte sur les actions à mettre en œuvre pour faire revenir les clients et les employés dans les magasins. À cet égard, les entreprises du portefeuille sont en train de mettre en place des stratégies.

 

Facteurs clés pour traverser la crise

– Accélération de la transformation numérique

– Travail sur l’agilité des modèles économiques

– Soutien d’initiatives favorisant la cohésion des équipes

– Faire revenir les clients et les employés dans les magasins

 

Dans quel scénario de reprise économique positionnez-vous Argos ?

Louis Godron : Dans ce contexte très particulier, l’économie est dictée par la médecine. Ce qui primera, ce ne sera pas le schéma macroéconomique classique d’une reprise, mais la rapidité de découverte d’un traitement contre le Covid-19, sans parler du scénario toujours possible d’une détérioration de la situation via une mutation du virus ou une deuxième vague de l’épidémie.

Depuis février, nous consacrons beaucoup de temps à discuter avec des infectiologues et à consulter des articles publiés dans des revues d’épidémiologie afin de comprendre les enjeux. Nous restons d’avis que la probabilité d’une reprise en « V » est faible, étant donné l’impact de l’épidémie sur la société mondiale, et qu’il nous faut à la place faire reposer nos raisonnements sur deux scénarios.

Le scénario optimiste suppose la découverte d’un traitement avant l’été permettant de réduire de manière très significative ou de stopper les cas de contamination. Le cas échéant, l’acceptabilité éthique et politique du desserrement des contraintes sociales s’accélérerait et reviendrait à la normale dans le contexte d’un virus sous contrôle. Nous pourrions dès lors nous attendre à une reprise économique relativement rapide au cours des deux premiers trimestres de l’année 2021.

Tous les autres développements envisageables aboutissent à un second scénario similaire : en cas de découverte d’un vaccin (pas avant le quatrième trimestre selon toutes probabilités) ou d’un traitement plus tard dans l’année, ou en cas d’absence de solution, nous devrions observer une économie peinant à sortir du marasme, avec un risque permanent de nouvelles vagues pesant sur les forces de la reprise jusqu’à la fin de l’année.

Pour chacun de ces scénarios, nous estimons que les comparaisons avec la crise financière mondiale de 2008-2009 ne sont pas pertinentes, car cette crise avait été déclenchée par un gel massif des financements. Dans la crise actuelle, il y a eu des injections monétaires sans précédent dans une économie qui regorgeait déjà de liquidités. De plus, les gouvernements réagissent rapidement en apportant un très fort soutien budgétaire. Ces puissantes forces anti-récessionnistes nous conduisent à estimer que, dans le cas d’une solution au problème médical, la reprise serait plus forte que celle observée entre 2010 et 2014.

 

Facteur clé pour traverser la crise

Anticiper les différents scénarios de reprise en discutant avec des infectiologues et en consultant les articles publiés dans des revues d’épidémiologie pour comprendre les enjeux.

Inscription à notre newsletter

* champs requis